top of page
  • Photo du rédacteurValère

La science d'abord !


Ce qui m'amène au Groenland, vous l’aurez compris, c'est bien sûr le plaisir de me retrouver dans ce site isolé extraordinaire, avec ses paysages et ses ambiances incroyables. Mais, ce qui nous amène au premier chef, mes deux collègues et moi… c'est la science ! Et plus précisément le programme de recherche ADACLIM (ADACLIM – cebc UMR 7372 (cnrs.fr)), porté par le CNRS et l'université de la Rochelle, et financé par l'Institut Polaire Paul-Émile Victor.


Son objectif : étudier sur le long terme une colonie de mergules nains, afin de comprendre comment cette espèce clé dans l'écosystème arctique réagit face aux changements de son environnement.



Question n°1 : comment se portent les adultes ? quel est leur taux de survie ?


Pour répondre à cette question, de nombreux oiseaux ont été ornés, au cours des années, de bagues colorées, avec des combinaisons de couleurs uniques :

patte gauche puis patte droite, de haut en bas, voici l'oiseau Metal-Purple-Orange-Green : MPOG


Votre mission : passez suffisamment de temps chaque année (en l'occurrence 42 heures) sur le petit secteur de colonie en question, et notez toutes les combinaisons que vous voyez. Puis faites tourner des modèles mathématiques pour déterminer les paramètres démographiques de la colonie.


Et... quel âge peut atteindre un mergule ?

Plus de 18 ans ! (par exemple en 2020, sur les 89 oiseaux bagués que nous avions vus , 6 l’avaient été dès le début du programme en 2005, où ils étaient alors déjà adultes et âgés de plus de 3 ans)


Mais... si les mergules se baladent ailleurs dans la colonie, ne risque t-on pas de les rater et de fausser les résultats ?

C'est sans compter sur l'extrême fidélité des mergules, d'une année sur l'autre, à leur petit secteur de colonie, et même à quelques cailloux uniquement ! Cette méthode permet donc bien d'observer la (quasi-)totalité des mergules présents.




Question n°2 : comment grandissent les poussins ?


Première étape : auscultez l'éboulis à la recherche de nids "accessibles", c'est-à-dire... pas trop planqués en profondeur sous les cailloux... Pour une quarantaine de nids, comptez 2 à 3 demi-journées : ils sont nombreux, mais leurs nids sont bien cachés !

il faut souvent plonger l'avant-bras sous les cailloux, voire se contorsionner, pour atteindre le poussin (ici, Julie à l'œuvre)



Étapes suivantes : notez la date d'éclosion (un seul œuf par couple), puis pesez et mesurez (bec-patte-aile) les petites boules de duvet tous les 2 jours, afin de tracer de belles courbes de croissance.

ne pesant qu'une vingtaine de grammes à l'éclosion, les poussins prennent ensuite rapidement du poids (10 à 15 grammes tous les 2 jours), pour atteindre un plateau à 110-120 grammes, stade où ils troquent leur duvet contre de vraies plumes et se musclent pour pouvoir voler : bref, 3 semaines de nourrissage intensif et les voilà déjà prêts à l'envol !




Question n°3 : adultes et poussins sont-ils en bonne santé ?


Pour répondre à cette question, faites une prise de sang (au niveau de l'aile) et prélevez quelques plumes à tous les oiseaux manipulés.


Cela permet notamment de rechercher les polluants, au premier rang desquels figure le mercure. Rejeté par les industries de l'hémisphère nord, ce polluant invisible voyage grâce aux courants atmosphériques et marins jusqu'en Arctique, où il remonte et se concentre tout au long des chaînes alimentaires. Le mergule nain est l'une des espèces bio-indicatrices parmi la vingtaine suivie de près par le réseau international ARCTOX (The project - A pan-Arctic network to track mercury contamination across Arctic marine food webs (cnrs.fr)).


Prélevez également les coquilles d'œuf ainsi que des proies de mergules, et répétez les mêmes analyses en laboratoire.


et surtout, une fois que vous avez fini de manipuler la bête, n'oubliez pas de lui rendre sa liberté ! (Greg, ici à l'œuvre)





[prochain épisode] Science encore !


Allez, la semaine prochaine, on continuera à parler de science, mais avec des petits bijoux d'électronique miniaturisés cette fois-ci, pour répondre à différentes questions : où les mergules passent-ils l'hiver ? que mangent-ils ? où et comment se nourrissent-ils ?

63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page